« Une famille… Des peintures » [Exposition]

Du samedi 20 octobre au dimanche 5 novembre 2018

Vernissage le samedi 20 oct. à partir de 19h !

La galerie de l’Atelier-Résidence de Trie-sur-Baïse (A.R.T.) a inauguré le mercredi 25 juillet 2018, sa première exposition « Off Course » qui, à l’oc-casion du départ du Tour de France, célébrait le vélo avec, entre autres, les peintures de Jacques Bollo (1931-2013) et le livre d’Éric Fottorino, « Les Vélos de Bollo », paru aux éditions Gaussen en 2011.

L’idée de la galerie est de permettre de découvrir des peintres de tous bords et de tous styles ayant, par le passé ou dans l’instant présent, une expression personnelle du monde qui les anime et où la vie et l’art se rassemblent pour nous donner matière à réflexion.

Ainsi la galerie de l’A.R.T. souhaite développer, à l’occasion des expositions, des réflexions sur l’art et son usage, son intérêt, son utilité ou toute autre thématique que les œuvres pourraient soulever.

La présente exposition du 20 octobre au 4 novembre 2018 présente les œuvres de cinq membres d’une même famille, qui nous interroge sur la nature innée de la peinture ou sa transmission par l’éducation, le modèle, l’imitation. Ce sont :

  • Jacques Morlet dit Salis (1908-2003), le père ;
  • Eric Morlet (1930-1956), le fils aîné ;
  • José Morlet-Van Melsen (1930-2016), la fille;
  • Didier Morlet (1944-), le fils cadet ;
  • Guillaume Menguy (2000-), le petit-fils.

Tous les cinq développent un style, non pas commun, mais étonnamment compatible à travers les couleurs, la composition ou le dessin et parfois les thèmes. On pourrait presque dire une famille de peintures pour une famille en peinture ! Tradition qui se prolonge encore à travers enfants et petits-enfants qui semblent profiter, si ce n’est de gènes d’art, au moins de cette ambition d’artistes.

L’histoire connaît ainsi des familles d’artistes qui s’engendrent dans le temps ou qui se superposent et parfois dans de telles concurrences que certains membres en sont meurtris ou au contraire animés. Nous poserons donc la question à cette occasion : l’art est-il hérité ou transmis ?

En fait, tous les artistes sont inspirés par des aînés ou des proches pour mieux s’en libérer en rejetant un académisme étroit et transcrire le plus librement leur émotion face au réel ou leur intime conviction artistique. Ils tentent plutôt de se défaire des influences trop prégnantes pour trouver leur propre voie et leur authenticité mais sans contredire l’histoire qui les a faits comme un processus évolutif qui se construit dans un courant d’histoire familiale ou intellectuelle ou tout simplement universellement humaine.

Nous vous proposons de le découvrir ensemble.

La presse en parle :
17 octobre 2018 : « Artrie : une nouvelle exposition », La Dépêche du Midi.

« Off Course » [Exposition]

Une exposition cycliste dans une nouvelle galerie à Trie-Sur-Baïse du mer. 25 juillet au dim. 5 août 2018 : 

L’Atelier-Résidence de Trie (A.R.T.), devant l’église, ouvre pour la première fois ses portes du 25 juillet au 5 août 2018 en présentant des œuvres liées au vélo pour célébrer le passage du Tour de France. A cette occasion cinq artistes renommés déclinent un thème cycliste et certains d’entre eux seront présents à l’étape.


Jacques Bollo (1931-2013)

Jacques Bollo

A vingt ans, à l’occasion d’une exposition à la Biennale de Venise, il découvre sa passion pour la peinture et s’inscrit à l’Académie des beaux-arts de Venise. En 1954, il réalise sa première exposition à Monte-Carlo et en 1956, part à Paris où il fréquente l’atelier de La Grande Chaumière. En 1968, il découvre en peignant des intérieurs ce qu’il va appeler « des perspectives décalées », une perception courbe et éminemment subjective de l’espace qui est l’une des marques caractéristiques de sa peinture.

Et au long des années 70, il dialogue avec les peintres de sa génération, collaborant à diverses tentatives d’affirmation d’un mouvement figuratif à part entière. À partir de 1977, il commence la série des vélos, thème qu’il affectionne particulièrement par sa pratique, et qui fera l’objet d’une exposition et d’un livre en 2011, Les Vélos de Bollo aux Éditions Gaussen. Ce sont ces œuvres qui sont présentées à l’ART.

En parallèle, une exposition « Les Vélos de Bollo » a lieu à la Galerie Paul Smith à Paris du 7 juillet au 7 août 2018.
www.jacquesbollo.com

Jean-Pierre Duriez

Jean-Pierre Duriez

Il y eut d’abord la photographie, le théâtre, le cinéma, devant et derrière la caméra, il y eut aussi un restaurant. Toute cette richesse d’expressions a conduit Duriez, dans sa cuisine de peintre protéiforme vers une palette haute en couleurs : sur toile, papier, céramique, métal, l’artiste a saisi des instantanés de vie où la réalité – écorchée, pelée à vif, pressée comme un fruit pour en extraire le jus, le sang, et le sens, l’essence même de l’être – dépasse la fiction. Dans un style gourmand et généreux, entre acide et moelleux, entre vérité crue et poésie décalée, Jean-Pierre Duriez nous invite au voyage, et en vélo cette fois-ci, au cœur de notre drôle d’humanité.

 www.jeanpierreduriez.com

Gilbert Duran

L’homme est solidement enraciné dans le sud-ouest où il a suivi une formation d’architecte et de designer et, il conserve de son passage à l’école Boulle, le goût du travail de la main. Il se qualifie à ce jour de plasticien protéiforme !
Il vit et travaille entre Paris et Toulouse et présente pour cette exposition deux « ready-made » des plus iconoclastes, ainsi qu’une peinture de circonstance réalisée pour célébrer l’ouverture de l’A.R.T.


Claude Paimpont

Claude Paimpont... peint !

Lors d’un entretien en 2002 avec la critique d’art new-yorkaise S. Boughri, il déclarait : « Je pense être incontestablement le peintre le plus pompier de ce début de siècle ! » Cet artiste inclassable confiait que « L’âge aidant, je me sens enfin débarrassé des scories de fréquentation d’académies de tous poils » révélant l’essentiel, la liberté totale de la création ! Les œuvres de Claude Paimpont présentées, où il est question de vélo, sont extraites de la préparation de l’exposition « Mes extincteurs dans tous leurs atours » quand survint l’accident qui l’emporta voici déjà cinq ans. Ces œuvres sont le reflet de l’époque éloignée, ou jeune étudiant il travaillait l’été au moment du Tour de France comme stagiaire chez « Presse Sport » le service photo du journal L’Équipe à la grande époque de la rue Réaumur !…


Didier Morlet

Didier Morlet à son chevalet

musicien, pour les siens
architecte, hors secte
peintre, sans craindre
sculpteur, selon l’heure
auteur, quel labeur
designer, pourquoi nier
Artiste et hop… en piste


La presse en parle :
20 juillet 2018 : Annonce de l’exposition « Off Course », La Dépêche du Midi.
26 juillet 2018 : « Tour de France : Les artistes se mobilisent », La Dépêche du Midi.